A tous les bipolaires

Dialogue sur la maladie
 
Neptune Bibliotheque Entraide Action sur Troubles Psy
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Ce site a malheureusement perdu ses animateurs
Si, comme nous, vous en avez apprécié le sérieux et le ton, si vous appréciez l'entraide et de l'information actualisée, un nouveau site prend le relai depuis aout 2013 : Neptune

Partagez | .
 

 Vous, la bipolarité et l'amour...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicolas



Nombre de messages : 24
Age : 37
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Vous, la bipolarité et l'amour...   Lun 16 Avr - 10:54

Quel impact a votre maladie sur votre vie sentimentale ? Comment les célibataires de ce forum envisagent-ils l'avenir ?
A celles et ceux qui sont en couple, comment votre conjoint(e) réagit-il lors de vos cycles ? Et au fil des ans, comment vit-il cela ?

A vos claviers Smile
Revenir en haut Aller en bas
MIKE



Nombre de messages : 14
Age : 29
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Lun 16 Avr - 15:54

Bonjour Nicolas!

Je n'ai pas beaucoup d'expérience en matière de vie sentimentale, mais je sais que si par la suite je suis amené à fonder une famille et à avoir des enfants, je serai d'autant plus vigilant quant aux comportements de ceux ci, l'adolescence étant une periode assez difficile comme ça pour encore rajouter les problèmes de santé de ce type, il me sera peut être plus facile de dépister la maladie(qui je l'espère ne leur sera pas transmise)

Voilà, sinon je ne m'inquiète pas trop étant donné que j'ai trouvé le traitement adequat, je suis optimiste pour la suite Smile
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 180
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Lun 16 Avr - 16:57

Bonsoir Nicolas et Mike,

Et bien moi ma vie sentimentale a été très perturbée les premières années, un premier mariage qui a duré 7 mois, puis une vie conjugale qui a durée 3 ans ou j'ai eu mon fils qui à aujourd'hui 20 ans (l'amour de ma vie), puis j'ai rencontré mon mari actuel il y a 17 ans et nous sommes mariés depuis 8 ans. Alors je peux vous avouer que je tire un grand chapeau à mon mari d'avoir supporté tout ça pendant 15 ans, il n'a jamais parlé de divorce et pourtant il aurait pu, pour être plus précise, je ne suis pas quelqu'un attiré par le sexe et encore moins dans mes périodes de dépressions, alors j'aurai compris que le pauvre veuille reprendre sa liberté, mais apparemment j'ai la chance d'être tombé sur un homme intelligent qui m'a compris et soutenu. Par contre je n'ai pas toujours été une bonne maman, surtout que j'ai été malade pendant toute l'enfance de mon fils, et bien pourtant s'est un enfant très équilibré et sympa comme tout. Donc ne désespérez pas surtout tout est possible dans ce monde, même dans le nôtre si particulier. Bonne soirée les garçons
Revenir en haut Aller en bas
http://bi-polaire.1fr1.net
kate



Nombre de messages : 9
Age : 55
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Mar 17 Avr - 23:16

Pas simple de vivre avec quelqu'un qui est tour à tour un légume, reste couché pendant des mois ou qui vit à 10 000 volts et peut être capable de faire la fête jusqu'au bout de la nuit sans transition !

Le plus dur pour moi, et pour mon conjoint, est peut-être de ne jamais pouvoir faire de projets ne sachant pas dans quel état je vais me trouver à une date donnée.
Comment programmer ne serait-ce que des vacances dans ces conditions ?
Cette obligation de vivre au jour le jour est extrêmement pénible et très mal vécue par notre couple.

Par le biais d'une association je commence à faire la connaissance de couples dont les 2 membres, soigné(e) et accompagnant(e) font conjointement la démarche de se documenter sur la maladie, d'aller à des conférences... Je ne pense pas que ce soit le cas le plus répandu hélas mais le compagnon ou la compagne doit pourtant être impliqué(e) dans la gestion au quotidien de la maladie, c'est une évidence.
Si le patient doit devenir spécialiste de sa maladie, il me semble que c'est aussi vrai du/de la conjoint(e) dans l'intérêt du couple.
Revenir en haut Aller en bas
anna

avatar

Nombre de messages : 3
Age : 43
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Mer 18 Avr - 8:13

Bonjour à tous,

Je n'ai peut être pas ma place ici, car je ne suis pas bipolaire, c'est mon mari qui est atteint par ce trouble du comportement.
Mais, j'ai besoin de parler de cette maladie, aussi bien avec les patients, qu'avec leur entourage. Chacun à sa propre expérience, et je trouve très enrichissant de pouvoir la partager à travers un forum.
J'ai appris à connaître la maladie à travers mon mari, en discutant avec ses psychiatres, en lisant des bouquins, ainsi qu'en me rendant sur internet. J'ai découvert que de nombreuses personnes sont atteintes, à differents degrés et que seuls certains symptômes sont similaires.
Lors de sa 1ère crise, c'était l'imcompréhension totale, alors quel "soulagement" quand le diagnostic est tombé, nous avions une explication. Enfin, ce que je tenais à dire, c'est que notre amour est resté le même, aussi fort et aussi pur. Même, si certains membres de ma famille ne veulent plus nous voir, par peur de cette maladie, et parce qu'ils n'acceptent pas mon choix.
Pour eux, j'aurais du divorcer et abandonner mon mari en raison de cette maladie, qui selon leurs dires, rend l'avenir incertain, dangeureux...Je l'aime pour ce qu'il est, et si l'aimer est une folie, comme me disent certains, alors je serai folle toute ma vie.
La seule angoisse que j'ai, est l'abandon du traitement, et la rechute qui suit, mais la vie a sans cesse ses périodes de soleil et de nuages.
A travers, tout ce que j'ai lu, j'ai un goût amer, en raison du nombre de malades abandonnés par leurs proches, leurs amis et même leur conjoint. Triste réalité sur la nature humaine. J'ai ressenti une grande déception, et même de la honte.
Heureusement, d'autres humains, savent Aimer tout simplement.
Je pense que tout le monde a le droit d'aimer, et d'être aimé.
On ne choisit pas d'être malade, par contre on choisit d'être méchant, et à mes yeux la méchanceté est de tous les esprits le plus facile.
Voilà, je vous souhaite une bonne journée.
Amicalement. Anna.
Revenir en haut Aller en bas
MIKE



Nombre de messages : 14
Age : 29
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Mer 18 Avr - 13:54

Bonjour Anna, vous avez un très bel esprit, et on voit dans vos propos que vous adorez votre mari.
Nous sommes des hommes et des femmes comme les autres, sauf que notre sensibilté est à fleur de peau. C'est frustrant de voir qu'il y a encore des discriminations à l'égard de maladies comme celles-ci, car justement ce sont les relations sociales qui nous donnent de la force, alors bien sûr nous devons prendre sur nous, mais les personnes qui nous entourent, je crois, peuvent au moins faire preuve de tolérance, même si elles craignent nos réactions qui peuvent être inattendues.

C'est une souffrance à vivre avec ses proches,vous avez beaucoup de courage et de compréhension! bravo! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
GSTRONG



Nombre de messages : 2
Age : 36
Localisation : Rhône
Date d'inscription : 12/04/2007

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Sam 21 Avr - 20:56

Bonsoir,

Comme d'autres, je suis là car mon ami est bipolaire, et je souhaite comprendre au mieux tout ce qui s'y rapporte. Au bout de 3 semaines où nous étions ensemble il a eu des délires psychotiques; ça m'a beaucoup impressionné, je ne savais pas - ne comprenais pas il était quelqu'un d'autre-, alors j'ai essayé de comprendre et il m'a dit ce qu'il en était. Nous sommes ensemble depuis 10 mois. Je suis très embêtée car nous n'arrivons pas à en parler. On fait comme s'il n'y avait rien, mais c'est pas vrai. Je crois qu'il n'accepte pas du tout sa maladie, j'aimerai pouvoir agir - mais impossible. J'avoue que je ne sais pas comment m'y prendre non plus. Car les fois où j'ai tenté d'en parler, il se braque et rien à faire. Auriez vous des conseils, comment pouvoir en parler au sein du couple? Je l'aime et ça m'embête ces non dits. Ca me semble impossible de pouvoir vivre bien sans en parler à quicquonque- et je sais qu'il n'en parle pas à d'autres, ou peut être sa mère mais très très peu. Elle est médecin alors elle lui fait ses ordonnances quand il oublie ses rdv chez le psy. C'est tout. Je suis à l'écoute de tous vos conseils. merci.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 180
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Dim 22 Avr - 3:43

GSTRONG bonjour,

Ton témoignage me va droit au coeur, comme beaucoup de bipo il lui faudra du temps pour en parler et accepter sa maladie, nous sommes tous passé par là un moment, je te rassure. Cela ne fait pas longtemps que vous êtes ensemble, donc pour l'instant vous apprenez à vous connaitre, il en ai de même pour lui pensez-y. Prend t-il son traitement tous les jours ? Travail t-il ? si il a une vie tout à fait stable avec son traitement pourquoi vouloir à tout pris parler de sa maladie ? je sais que tu voudrais comprendre, mais lui n'a peut-être pas envie d'être considéré comme malade mais comme un être tout à fait normal, car c'est ce que nous redoutons tous, l'étiquette. Soit patiente et tu verras un jour il t'en parlera de lui même. Bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
http://bi-polaire.1fr1.net
Triskell



Nombre de messages : 2
Age : 39
Localisation : Aquitaine
Date d'inscription : 18/01/2009

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Dim 18 Jan - 16:54

Bonjour !

Je suis nouvelle et en parcourant le forum ce post m'a interpellée.
En effet, je traverse une période difficile en ce moment et cela va faire un an que je suis célibataire. Lorsque ma maladie s'est "déclarée", j'étais fiancée. Après ma TS, mon fiancé m'a quitté. 6 mois plus tard nous nous sommes remis ensemble, mais n'étant pas du tout stabilisée, il a fini par craquer et a rompu définitivement au bout d'un peu plus de 4 ans de relation. J'ai certes vécu d'autres histoires, la plupart avec des personnes atteintes elles aussi d'une pathologie. Et puis j'ai rencontré un homme charmant. Je lui ai tout dit, il s'est montré très compréhensif. Mais très vite, je me suis rendue compte que je n'étais pas quelqu'un de bien à ses yeux . J'étais suivie dans un centre de réadaptation psycho sociale du côté de Bordeaux, et pour lui, ce n'était pas "glorieux". Une fois, il m'a dit que je me complaisais là dedans, que je n'étais pas vraiment malade, que je faisais semblant (notamment au niveau de la phobie sociale et du travail). Bref, une phase "down" arrivant, il est parti.
Depuis, je suis dégoûtée, j'ai l'impression que je suis condamnée à rester seule, que jamais personne ne comprendra, et que de toute manière je n'ai plus rien à offrir à un homme.
Revenir en haut Aller en bas
Luciole



Nombre de messages : 2
Age : 42
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Lun 9 Mar - 23:08

Bonsoir,
je viens de m'inscire sur ce site car interessant il me parait. J'ai été diagnostiqué bip il y cinq ans. Une maladie difficile a accepter et contraignante dans son suivi medicamenteux quotidien.
Ce qui est interessant dans votre temoignage, c'est que je reconnais une partie de ce qui m'est arrivé. Je suis suivi dans un CMP. Et mon amie d'alors a également eu la meme reflexion que votre ami. c'est à dire que l'on n'est pas vraiement malade, que l'on se complet dans cette maladie et que cette maladie est juste un pretexte pour confirmer un caractere.
Le mieux est quand j'ai termine a plusieurs reprises a l'hopital, c'est le sentiment de honte qui surgit a ce moment la de sa compagne.
Meme equilibre, on ne peut pas empecher les phases aussi courtes soient elles dans notre maladie.
J'en suis arrivé a la conclusion que les personnes qui ne connaissent ou ne vivent pas cette maladie ne peuvent pas la comprendre et ont du mal a l'accepter malgre tout les efforts.
Dans une phase up je suis partis car j'en etais arrive a la conclusion qu'elle ne comprendrait pas cette maladie et que mes sejours dans les hopitaux que ce soient pour TS ou tout simplement pour se couper du monde ne ferait qu'accentuer son sentiment de honte.
J'en suis egalement arrive a me dire que j'ai peur d'etre condamné a rester seul et que personne ne me comprendra non plus.
On ne se complet pas dans la maladie car je pense que si vous aviez le choix vous echangeriez bien les roles.
Que celui qui fait semblant d'etre BIP m'appelle car franchement ce sont des phases incontrolables. Et c'est franchement pas drole.
"il est parti.." les stats annoncent que le taux de separation dans un couple composé d'au moins un BIP est superieur à 60%. C'est bien on est dans la moyenne.
Un BIP devrait il vivre avec un autre BIP ? Je ne sais pas. Peut etre, car au moins ils comprennent leur maladie.
A force de vouloir etre honnete vis a vis de cette maladie, est ce que cela nous dessert pas ?
Plus rien a offrir a un homme ? faut pas tout peindre en noir, il y a dans ce monde des personnes beaucoup plus comprehensives.
Nous sommes dans une periode ou nous commencons tout juste a accpeter les maladies d'ordre psy. Les choses vont s'ameliorer dans le temps du moins j'espere.
Neanmoins je comprends parfaitement votre sentiment "d'exclusion" vis a vis de cette maladie pour le vivre tout les jours.
La seule solution que nous avons helas est de nous battre pour etre plus fort que cette maladie, trouver les bonnes molecules, trouver le bon dosage, continuer d'aller dans les CMP et accepter notre etat, car l'accpeter c'est aussi faire un pas vers la guerrison.
C'est simple a dire et o combien difficile et compliqué.
Je ne sais pas si cela vous remontera un peu le moral.
Revenir en haut Aller en bas
Dauphins80



Nombre de messages : 2
Age : 37
Localisation : Contrecoeur
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: L'amour et la bipolarité   Ven 8 Mai - 4:43

Moi je suis en couple depuis 4ans. C'est grace a mon copain que j'ai decider de me soigner. Il m'a dit si tu travail pour te soigner jamais je te laisserai tomber. Il vien a tout mes rendez-vous avec le médecin, il dit comment lui vie la situation, car moi je vie d'une facon et mon conjoint subis mes sauts d'humeur. Il comprend pas tout de ma maladie mais il reste la pour me soutenir.
Dauphins80
Revenir en haut Aller en bas
benoit71



Nombre de messages : 1
Age : 45
Localisation : chalon sur saone
Date d'inscription : 09/05/2012

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Mer 9 Mai - 5:03

bonjour a toute et a tous je viens sur se forum pour a voir des réponses a mes question, je ne suis pas bipolaire mais j'ai un sérieux doute sur (maintenant ) mon ex-petite amie ,je suis désespérer car je ne sais que faire, voila certain symptômes qui m'on fait penser a la bipolarité , elles est très excessif dans tous ce qu'elle fait et dit, et sur certaines périodes dormir très tard voir faire des siestes longue dans la journée , elle a toujours besoin d’être rassurer sentimentalement et parfois physiquement ,elle a également un problème d’addictologie a la dépense, parfois quand je rentre du travaille elle est allonge sur le canapé et a envie de ne rein faire nie de manger sauf des biscuit au chocolat ou du sucrer , je me poses beaucoup de question car malheureusement notre couple na pas tenue et j'en souffre terriblement , c'est elle qui a décider de rompre car elle ma dit qu'elle n’était pas heureuse et ne se sentait plus soutenue , je sais que nous avons tous une part de responsabilité dans une relation mais c'est vraiment étrange car elle ma toujours dit qu'elle m’aimai et que j’étais l'homme de sa vie , j'avais remarquer que depuis qu'elle jours elle était très excessif , bien sur il y a un qu’elle que prise de bec entre nous pour pas grand chose , mais la le rupture est dus a une prise e bec pour ne pas avoir regarder une robe qu'elle devait offrir a ma mère et le soir elle a décider selon ces termes que c’était un point de non retour et a décider de partir de la maison , malheureusement pour moi je me suis énerver et lui est dit que j'en avait marre de me faire crier dessus pour des bêtises voila en gros ma détresse , actuelle car je l'aime vraiment . merci d'avance de m'avoir lus et bon courage a vous tous
benoit71
Revenir en haut Aller en bas
Loïg



Nombre de messages : 3
Age : 28
Localisation : Brest
Date d'inscription : 16/05/2012

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Jeu 17 Mai - 15:50

Benoit, Je ne suis pas encore expert en la maladie car j'ai du mal à me reconnaître malade(car mes phases ont été déclenché par des artifices extérieur),
Mais tu as du bien te documenter, et si ton ex passait d'un état très exité débordante d'energie a des moments très lent sans envie de rien. C'est un signe important..Même si les gens dit "normal" ont aussi des phases comme celle ci, elles sont beaucoup moins prononcé.
Faudrait que t'essayes de lui en parler calmement, en mettant devant elle les différents points qui pourrait montrer qu'elle est biplaire
3w.bipolaire-info.org/content/category/7/47/72/
Tu peux voir les différents points, où ils détaillent les différents symptômes dans les différentes phases de la maladie. TU pourras voir ce qu'il en est avant de lui en parler. Car elle risque de le prendre mal, alors vaut mieux que tu sois sûr qu'elle soit BP
Revenir en haut Aller en bas
LanaBeiles



Nombre de messages : 1
Age : 24
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 12/06/2012

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Mar 12 Juin - 14:10

Il y a 3 ans maintenant, j'ai été diagnostiqué bipolaire. Suite a cette révélation on m'a aussi informé que souvent, cette maladie était héréditaire !! Mon papa en est atteint et n'a compris que lorsque j'ai subis mes premières hospitalisation, bien sûr lui en est atteint a un degré moins élevé que le mien. Ensuite, il m'a avoué que son grand-père, donc mon arrière grand-père s'était pendue a l'âge de 40 ans, à l'époque où celui-ci vivait, bien sûr il n'y avait aucune information sur les maladies psychologiques. J'ai lu tout vos messages avec attention, et je me rend compte que vous vous posez tous et toutes la même question : Est-il possible d'être en couple avec un bipolaire ? ! Moi je dis oui, bien sûr, on est pas des monstres, sauf qu'il y a des concessions a faire, sauf qu'en amour on en fait tous non ? Moi je suis avec mon petit ami depuis plus d'un an et demi !! Quand il m'a rencontré j'étais dans une mauvaise période, je buvais et faisais beaucoup la fête pour ne plus pensé que j'étais malade !!! J'avais arrêté mon traitement de régulateur d'humeur parce que j'avais trop d'effets indésirables et je venais tout juste d'arrêter mes études dans le cinéma ! J'ai mis environs quinze petits jours pour lui expliqué un peu mon passé dans les HP et cette maladie qui ne va pas guérir comme un petit rhume ! Forcément il l'a bien pris parce que quand on en parle ça va, après quand on vit les sautes d'humeurs, la vision est tout de suite moins glorieuse. On a vécu chacun de notre côté pendant environs une dizaine de mois, pendant cette période jamais il n'a réellement vu ma bipolarité, mais ensuite on a emménagé ensemble et en deux mois, il a voulu qu'on se sépare, il supportait plus de se faire agresser pour un rien, de me voir coucher dès que ça allait pas, de me voir pleurer pour un rien ( il m'est arrivé de pleuré parce que j'avais faire tombé mon soda parterre --" ), bref il venait de voir enfin ce qu'était la bipolarité 24h sur 24h. Sauf que je suis d'une nature tenace et je l'avais prévenu. On a eu de longue soirée de discutions, où il a fallu expliqué tout ce que je ressens au moment des crises et lui demandé de réagir comme un bipolaire l'attend ! Mon ami, est plutôt quelqu'un d'impulsif, alors quand il me voyait pleurer il me disputait, forcément que moi au lieu de me ressaisir je me mettais encore plus a pleurer. Aujourd'hui on a mis en place un deal, quand je vais mal je prends tout de suite des anxiolytiques, généralement ça me permet d'éviter de pleurer et d'avoir assez d'énergie pour me lever et entreprendre certaines choses, ensuite je lui en parle et lui a se rôle de médiateur entre moi et la maladie, il me redonne confiance, me force a sortir avec lui ( aller au cinéma voir quelque chose de drôle par exemple ), il me fais a manger quelque chose que j'adore, bref il arrive a me faire oublier que je suis triste. Je pense que l'amour c'est ça, on a beau être tous bipolaire il faut qu'on se force a aller de l'avant. Je comprends tout à fait que certains bipolaires qui vont me lire vont dire " mais c'est pas possible quand on est en pleine crise ", oui c'est vrai je suis d'accord, j'ai vécu ces moments où rien n'est possible a par être allongé et rêvé qu'une voiture nous passe dessus. Mais je me suis forcée lorsque j'étais dans des bons moments d'organiser mes moments de crises, d'avoir toujours des anxiolytiques dans mon sac par exemple, des médicaments pour les migraines aussi ( je fais des migraines quand j'ai des angoisses ), un papier et un crayon et je me force a écrire ce que je ressens. Quand j'arrête, j'ai tout de suite la sensation d'avoir alléger le spectre de la maladie. J'évite aussi de me complaire là-dedans, parce que si les gens nous reproche de nous complaire dans notre maladie c'est parce que quand on va mal on a généralement l'habitude de s'achever a coup de musique triste et film triste. Faut se forcer arrêter ça, regarder un film marrant quand on va mal sa permet de réguler un peu notre humeur, je vous assure que ça marche et ça m'évite de me tuer le corps a coup de médicament chimique !!!! Aujourd'hui je vois la vie différemment. Les moments de crises sont toujours là, mais j'arrive a les voir venir et je les combats a coup de comédie française ou américaine et chanson française enjoué !!!! On est bipolaire mais on a autant le droit d'être heureux que les autres, faut juste mieux s'armer Smile!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Sam 29 Sep - 12:45

bonjour j'ai 31 ans, j'ai été diagnostiquée il y a peu de temps bipolaire (mois de février-mars) là j'étais dans une période plutôt bien jusqu'à 2-3 jours, ce matin je me suis mise à pleurer car je m'aperçois que je n'accepte pas ma maladie car elle a détruit mon couple et que aujourd'hui j'ai peur d'être rejetée, j'ai peur qu'on me colle une étiquette de "folle", de "fragile" ou d ' "instable" et puis parfois je suis confrontée à des propos qui me font mal, les gens ne le font pas exprès car ils ne savent pas ce que j'ai et je ne leur en veux pas car moi-même jusque-là je ne comprenais pas les choses et ne comprend pas tout encore

Il y a 3 ans j'ai fait une terrible dépression, personne n'a rien compris ni ma famille, ni ma psy, ni mon ami de l'époque, ni mes amis,ni moi.A l'époque ma psy a voulu me faire hospitaliser à 2 reprises et j'ai refusé, j'avais honte et j'avais mal vécu l'hospitalisation de ma mère quand j'étais ado et je venais juste d'être embauchée dans un nouveau travail . Jusque là les gens m'ont toujours vu comme quelqu'un d'incroyablement fort, volontaire et profondément gentil et sociable. Et souvent les gens se disaient même impressionnés par ma force de caractère au vu de ce que j'avais vécu même si moi je me jugeais autrement pour faire bref : à l'âge de 9 ans j'ai perdu mon père d'un cancer fulgurant, puis j'ai grandi avec une mère diagnostiquée maniaco-dépressive, à l'âge de 16 ans je me suis mis en couple avec un garçon pendant 5 ans et demi malheureusement c'était quelqu'un d'instable, légèrement délinquant et malheureusement pour moi violent et pervers et qui m'a valu le rejet d'une partie de ma famille mais malgré tout j'avais une vie sociale riche et j'ai eu mon bac et ma licence d'histoire de l'art, quand cette relation s'est finie pour moi c'était une renaissance , je pensais faire ma crise d'ado à retardement je vivais à 100 à l'heure, je faisais une formation dans le social qui m'intéressait, mais à côté de ça j’enchainais les soirées, je picolais comme un trou, je fumais des joints, je m'éclatais avec mes amis je délirais tout le temps, j'étais toujours joyeuse jusqu'au jour ou au cours d'une soirée je me suis faite agressée et j'ai subi un viol, les premiers jours c'était l'horreur (l'angoisse du sida, d'une grossesse) mais tout ça s'est vite passée car j'étais amoureuse de quelqu'un qui est devenu peu après cet évènement mon petit ami et là une amie très proche s'est alarmée et m'a dit c'est pas normal tu réagis trop bien ça va te péter à la gueule un jour...donc je me suis décidée à 25 ans à aller voir un psy mais j'ai continué à vivre normalement puis j'ai été traité avec du zoloft car j'avais des périodes de déprime mais sans plus " je disais à ma psy je ne comprends pas je ne suis pas malheureuse mais je ne suis pas heureuse non plus " bref ma vie se poursuit jusqu'au jour où je fais cette terrible dépression (je ne vais pas vous décrire les symptômes car vous connaissez malheureusement déjà) bref diagnostique dépression unipolaire sévère, la psy me met en arrêt 1 mois car je refuse catégoriquement d'être hospitalisée un mois passe pas d'amélioration elle veut renouveler mon arrêt mais je refuse car j'ai peur d'être licenciée, je retourne au travail ce qui me demande une énergie folle pour essayer de donner le change car en plus ma chef bien intentionnée a divulgué le fait que j'étais en arrêt pour dépression ce qui était horrible pour moi car j'avais honte de faire une dépression. Bref je suis passée par X traitements rien ne faisait effet, ma psy elle-même m'a dit qu'elle ne savait plus quoi me donner comme traitement, les gens ne comprenaient pas et étaient inquiets ou avaient des discours du genre secoue toi, fais un effort, tu prends trop de médocs quand c'est que tu te décides à arrêter,...Bref la psy finit par me mettre sous lithium vu que le reste n'a pas marché mon copain finit par me larguer après 5 ans et demi d'une très belle relation motif " ta deuxième dépression t'a beaucoup abimée physiquement (ben oui j'ai enflée comme une baudruche ) et surtout moralement tu n'es plus la fille que j'ai connu, pétillante, drôle et pleine de vie je suis désolée tu es quelqu'un de bien mais je ne suis plus amoureux..." et donc bilan non seulement je suis toujours en dépression mais en plus je me larguer à cause de ça mais bon la vie continue jusqu'au jour où la vie redevient rose, je suis euphorique, je ne dors quasiment plus et je n'ai plus faim, et je deviens hyperactive mes amis sont sont contents mais moi je me dis c'est bizarre ce brusque changement c'est trop et puis ça me rapelle ma mère donc je cours chez mon généraliste qui est mon oncle emmenée par une amie car je suis incapable de conduire car j'ai tellement tiré sur la corde que mes jambes ont enflées et je ne peux plus marcher il me fait remplir un questionnaire contacte ma psy, tous deux m'expliquent que je suis hypomaniaque, arrêt des antidépresseurs, changement de traitement...mais bon à ce moment là je m'en fous car je me sens bien

mais bon après la phase d'euphorie terminée quand je fais le bilan: je me suis fais larguer, j'ai pris 30 kg en trois ans, j'ai claqué 4000 euros en 3 mois environ, j'ai dit des choses à des gens que je regrette (en me disant aujourd'hui mon dieu ils doivent me prendre pour une barge), j'ai donné des souvenirs qui m'étaient chers...et je regarde mes cachets avec haine

Pour en revenir aux relations amoureuses (désolée je me suis beaucoup égarée mais je ne sais pas trop comment vous expliquer les choses et je crois qu'aujourd'hui j'ai besoin de parler vu mon humeur ce matin) je viens d’entamer un nouveau boulot et il y a un homme qui me plaît (première fois depuis la rupture avec mon ex) sauf que voilà j'ai pris 30 kg et les discours il n'y a pas que le physique qui compte j'y suis hermétique car pour moi les deux comptent (physique et mental) et puis deuxième chose en admettant que physiquement ça aille et bien je ne vois pas lui dire "coucou je suis bipolaire", je me dis moi-même ça m'a fait peur car je n'avais qu'une hantise c'était d'être comme ma mère, alors quelqu'un qui ne connaît pas je me dis que soit il va se barrer car il va me prendre pour un folle ou se dire que je suis fragile ou instable donc du coup ben je le vis très mal j'ai peur d'être jugée par les autres là je veux passer le concours d'auxiliaire puéricultrice et là il y a une visite médicale pour évaluer si il n'y a pas d'inaptitude physique ou psychologique et je me demande si le médecin peut savoir si j'ai eu des dépressions ou si je prends un traitement bref sans doute ai-je tort et je ne veux blesser personne mais je vis ça comme une honte ou comme si j'étais marquée au fer rouge et j'ai l'impression que du coup je m'interdis de rencontrer quelqu'un à nouveau soit par peur du rejet soit par peur de l'abandon voilà (encore une fois désolée si j'ai été très longue et parfois hors sujet ,mais je viens juste de m'inscrire et n'ai pas encore visité tout le forum)
Revenir en haut Aller en bas
mona01



Nombre de messages : 15
Age : 60
Localisation : AIN
Date d'inscription : 06/02/2013

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Mer 6 Fév - 10:56

Je viendrai plus tard vous expliquer plus en détail ( je viens de m’inscrire) ma vie de couple

mais actuellement je suis mariée avec un homme de 13 ans de moins que moi..

J'ai vécu 20 ans avec une autre personne avec qui j'ai eu 2 enfants..et là pas soignée

(pas diagnostiquée ) donc vie très chaotique car problèmes d'alcool avec tout ce qui en découle

et je viens seulement d'etre diagnostiquée à 54 ans l'année dernière..

Je suis en plus fibromyalgique...donc pas facile tout ça pour la vie de couple..surtout avant

les traitements pour mes 2 maladies..

Je suis heureusement très bien comprise ( on s'est mariés il y aura 3 ans ) après 8 ans de

vie commune...Il m'aide beaucoup malgré mes hauts et bas..

J'ai je dois dire de la chance mais c'est notre écart d'age qui me fait peur...n'aura-t'il pas

envie un jour d'aller voir ailleurs..Il m'assure que non jamais de la vie mais ça me fait peur

Voilà en gros mon expérience...ça me fait du bien d'en parler..

Je n'ai pas eu le temps de tous vous lire( je me suis inscrite hier) mais je vais le faire car

j'attends beaucoup de ce forum Et j'attends vos points de vue...Merci

Revenir en haut Aller en bas
ian06



Nombre de messages : 11
Age : 62
Localisation : Ile-de-France
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Mer 20 Mar - 16:06

Bonjour,
C'est quoi fibromyalgique??? Pour ce qui est du passé: alcool, etc...tu n'as pas à culpabiliser puisqu'on t'a diagnostiquée sur le tard comme moi d'ailleurs.Ma vie était aussi chaotique, mais qui était là pour dire qu'on était bipo? Un petit coup d'AD et d'anxio et c'était bon pour le service.Tant qu'on tenait debout et qu'on allait au boulot...
Revenir en haut Aller en bas
mona01



Nombre de messages : 15
Age : 60
Localisation : AIN
Date d'inscription : 06/02/2013

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Jeu 21 Mar - 16:19

bonsoir

oui tout à fait d'accord avec toi Ian.. Wink

et tu n'as pas entendu parler de fibromyalgie? c'est une maladie qui donne se nombreux

symptomes...comme des douleurs musculaires..osseuses..douleurs au niveau des tendons..

fatigue ..et encore plein de symptomes..plus que désagréables...

il n'y a pas vraiment de traitement spécifique ..moi je prends du daffalgan codeiné..après avoir

eu une autre batteries de "médocs"..mais avec le traitement pour la bipolarité ça faisait

beaucoup trop.;donc j'ai du en supprimer plusieurs et donc comme pour la bipo..eh bien faut

faire avec..

j'espère t'avoir bien renseigné..

je te souhaite bon courage..et j'espère qu'ici sur le forum tu as trouvé ta place.. Wink

à tous Laughing
Revenir en haut Aller en bas
ian06



Nombre de messages : 11
Age : 62
Localisation : Ile-de-France
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Jeu 21 Mar - 20:05

merci mona.
Effectivement j'ai des douleurs aux tendons des épaules.Ce n'est pas fréquent sauf si "j'allonge" un peu trop le bras.Donc je n'ai pas le bras long, je peux pas te pistonner. Crying or Very sad J'aimerais bien que ça bouge un peu ici... flower
Revenir en haut Aller en bas
Cyril72



Nombre de messages : 2
Age : 34
Localisation : Le Mans
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Jeu 20 Juin - 10:20

Bonjour,

En ce qui concerne la bipolarité et l'amour je ne suis pas très optimiste pour ma part.

Il y a quelques mois j'ai trouvé quelqu'un, je lui ai bien sûr parlé de la bipolarité. J'allais bien à l'époque et également durant le temps pendant lequel j'étais avec cette personne. J'étais stable. Et puis la rupture est arrivé, je précise que la bipolarité n en n'est pas la cause. Depuis les montagnes russes sont de retour et j'ai presque l'impression de repartir à zéro. Je n'ai pas voulu en parler à cette personne ne voulant pas qu'elle se sente responsable.

Avec tout ça je me demande si la solitude n'est pas la meilleur solution, bien que ça soit douloureux. J'ai le sentiment que le prix à payer en cas de rupture est trop élevé et les risques trop grands.
Revenir en haut Aller en bas
splitter



Nombre de messages : 2
Age : 32
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/06/2013

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Dim 30 Juin - 11:27

Bonjour tout le monde,

Je m'excuse de m'inscrire dans ce forum alors que je ne suis pas bipolaire.
Mais je pense que mon histoire a besoin d’être partagée, j'ai aussi besoin de conseils dans ces moments difficiles.

J'ai 28 ans et j'ai connu ma compagne depuis 9 ans, on s'est mis en couple depuis 6 ans, jusqu'à il y a 2 mois où elle a décidé de partir, et j'en souffre comme pas possible.

On s'est connu à l'université où on faisait les deux un cursus en art. A ce moment là, elle était très malade, elle sortait d'une dépression qui a duré 1 an et vient de reprendre les cours. Elle consulte un psy depuis l'age de 12 ans et a passé par des moment très difficiles. Dès les premiers jours où on s'est rencontré, une amitié a vite vu le jour, j'étais souvent là pour elle, elle souffrait tous les jours, elle était en pleur presque tous les matins et les médicaments n’arrangeaient pas la chose, elle était comme une légume toute la journée.

On s'est rapproché plus l'un de l'autre, mais on n'osait pas faire un pas de plus, car on vient aussi de milieu très différents. Après deux ans on est sorti ensemble, on a du endurer beaucoup de problèmes familiaux, universitaires et sentimentales.

La relation était très perturbée, mais notre amour était indéfectible. J'ai dû malheureusement vivre deux tournants très difficiles où il s'agissait de tromperie, malgré ça, et le fait que ça m'a brisé, je ne l'ai pas lâché et je ne suis pas parti. Je savais que les sauts d'humeur et le manque de confiance sont allés très loin.

On a quitté notre pays natale pour venir s'installer à paris et continuer nos études. Ce n'était pas difficile de s'installer, comme tous les étudiants étrangers, on a du galérer les deux premières années. On s'est installé ensemble il y a 3 ans et les choses allaient un peu mieux même s'il y a toujours des problèmes insurmontables : le manque de confiance en elle, le fait d’arrêter sa pratique artistique alors que moi je bouffait de plus en plus "l'espace" avec la mienne, la gestion de la vie quotidienne dans laquelle elle s’enfonçait de plus en plus ... etc

Cet année était la plus difficile, on s'est disputé bq. L'écart se creuse entre nous, car elle devenait de plus en plus maniaque et sur ses nerfs, jours et nuits ... et moi de mon coté je n'ai pas arranger les choses, avec ma timidité, mon laisser aller.

Je me suis dis que c'est passager, alors que elle, s'enfonçait de plus en plus dans la déprime ... je ne pouvais plus l'aider ni parler avec elle car elle s'est complètement enfermée et bâtit un mur entre nous, fait d'inconfiance et de colère qui n'avaient pas de raison.

Il y a deux mois elle m'annonce qu'elle a décidé de partir, et que c'est fini. Alors elle a quitté la maison et a ses pris bagages. J'apprend aussi qu'elle a rencontré quelqu'un une seule fois, que c'est le coups de foudre, et qu'elle va se marier l'année prochaine.

Toutes ces décisions m'ont scié car je l'aime encore, et surtout qu'elle m'a dit qu'elle m'aime encore, mais que si elle va rester, elle finira par se suicider, car c'est un amour destructeur.
Depuis un mois, Je suis sous le choc, je me suis écroulé et je ne voix plus le bout du tunnel. Je ne voix pas ma vie autrement qu'avec elle, je veux la garder, je veux arranger les choses, on a trop endurer pour lâcher maintenant ... je ne sais pas quoi faire ...
Revenir en haut Aller en bas
splitter



Nombre de messages : 2
Age : 32
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/06/2013

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Dim 30 Juin - 11:30

elle a su qu’elle est bipolaire à l'age de 16 ans
Revenir en haut Aller en bas
beri56



Nombre de messages : 2
Age : 41
Localisation : 56
Date d'inscription : 09/04/2014

MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   Mer 9 Avr - 13:35

Bonjour, Au terme de ma formation de conseillère conjugale et familiale, je rédige un mémoire au sujet de la vie conjugale quand l’un des deux conjoints est atteint de troubles bipolaires. Je souhaite évaluer dans quelle mesure la maladie bipolaire peut impacter les relations entre les conjoints et quelles seraient les attentes des couples par rapport aux professionnels. Si vous êtes en couple et confronté(e) à la maladie bipolaire, vos réponses m’intéressent. Mon questionnaire est individuel et anonyme. Si votre conjoint participe à ce sondage, il est important que chacun de vous remplisse un questionnaire séparé.
Pour accéder au sondage de la personne du couple atteinte de la maladie bipolaire, cliquer sur ce lien https://fr.surveymonkey.com/s/Questionnaireconjointatteintdetroublesbipolaires
Pour accéder au sondage du conjoint de la personne atteinte de la maladie bipolaire, cliquer sur ce lien : https://fr.surveymonkey.com/s/questionnaireconjoints
Si votre conjoint ne souhaite pas y participer, vous pouvez y répondre seul(e).
Recueillir des réponses des deux conjoints est une plus-value pour mon enquête, l’observation des deux points de vue étant enrichissante. Ce sondage sera clos le 1 juin 2014, merci d’y répondre dès que possible.
Si vous souhaitez apporter un témoignage personnel, où me poser des questions, n’hésitez pas. Vous pouvez m’adresser un mail à l’adresse suivante : enquetememoireccf@gmail.com. Je m’engage à la plus stricte confidentialité de nos échanges. Je vous remercie de l’attention que vous portez à ma démarche, qui permettra d’enrichir cette recherche et faire aboutir mon travail. merci beaucoup Bérengère
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vous, la bipolarité et l'amour...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vous, la bipolarité et l'amour...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A tous les bipolaires :: Partagez vos points de vues sur la maladie-